Votre thErapeute

Mon parcours

ouam

Magnétiseuse Humaniste selon la technique de Sébastien Berger

Naturopathe - Educatrice de santé diplômée de l'AVCN, Académie de Vitalopathie de Dijon, certifiée par la Fédération française des Ecoles de Naturopathie (FENA)

Formée également en ostéofluidique, en communication animale et dans l’accompagnement des victimes de violences sexuelles. 

Mon histoire

Développement personnel, psychologie, contact humain… des notions qui m’interpellent depuis mon adolescence dans ma quête de sens de la vie. Pourtant, lorsqu’il est question de choisir ma voie professionnelle, c’est celle du commerce que je prends, non par envie mais pour suivre ma meilleure amie. Comble de l’ironie, elle n’est pas prise dans l’école où je commence donc seule ce chemin, dans un univers qui a la réputation de profiter de l’autre et non de le servir.

Je tente d’y trouver du sens et je réussis. Je gravis les échelons et devient tour à tour responsable marketing puis directrice de jardinerie. La notion de service m’y semble belle et bien présente où satisfaire au mieux le client et accompagner les équipes dans leur évolution professionnelle en font partie. Mais comment servir avec justesse quand le résultat financier reste malgré tout l’aboutissement de la démarche ? Et comment accompagner mes collaborateurs en souffrance quand mon champ d’action se limite à les écouter ?

Ma rencontre avec le Magnétisme Humaniste

Au moment où ma vie de directrice commence à vraiment perdre son sens, j’ai la chance de croiser le chemin d’un magnétiseur humaniste, qui me transmet, lors d’un échange informel, une information capitale dans la poursuite de mon chemin. « Mais tu es thérapeute, pas directrice de jardinerie ! ». Jusqu’à nouvel ordre, je sais encore ce que je fais dans la vie, mais l’information semble rangée dans un tiroir. Si bien que, tandis qu’il m’est confié la direction d’un autre magasin où je dois mettre en place une épicerie bio, et qu’il m’est de plus en plus dur de manager, je suis l’appel en allant consulter un magnétiseur humaniste. Je suis bluffée par cette première séance qui m’ouvre des portes. Il y a quelque chose à saisir là, à comprendre.

Je décide donc de suivre le premier module en Magnétisme Humaniste, pour voir. Les portes me semblent définitivement ouvertes. Malgré mes difficultés quotidiennes, je trouverai le courage de me former en même temps que mon poste de responsable ! Ca m’aidera à tenir ! Alors je m’engage pour le deuxième module, qui n’aura pourtant pas lieu comme prévu.

Ma rencontre avec la Naturopathie

La même année, la direction d’enseigne propose à 10 directeurs intéressés, un accompagnement avec un naturopathe sur 3 séances. Première à lever la main, c’est ainsi que je fais connaissance avec notre médecine traditionnelle occidentale : la naturopathie. 

Après un bilan de vitalité bien posé, je m’entends dire « il faut prendre des congés Mme Nezondet». Mon état d’épuisement semble validé par cette professionnelle sauf que nous sommes au mois de mars. Une directrice de jardinerie ne peut décemment pas prendre de congés au début du printemps. Alors je lui souris et oublie cette idée saugrenue. Second rendez-vous en avril, même discours. Idem à la dernière entrevue où elle est plus catégorique : « il faut vous arrêter sinon vous allez droit au burn-out ».

Ah, ce serait donc ce fameux burn-out dont tout le monde parle, qui me pendrait au nez ? Il semblerait, car lorsque j’apprends que le second module de magnétisme humaniste est annulé, j’en suis sidérée et mes émotions s’emballent. Qu’est-ce que je vais faire ? Qu’est-ce que je dois faire ? Qu’est-ce que je peux faire ? Je ne tiendrai pas jusqu’à l’année prochaine…

Fort heureusement, j’ai pris l’initiative de me renseigner sur les modalités afin d’intégrer une école de naturopathie agréée par la Fédération des Naturopathes. Par chance, l’école de ma naturopathe se trouve à Dijon et je l’intègre quelques mois plus tard.

La rupture de contrat avec mon employeur m’apporte le montant pour financer cette formation intensive, et lorsque je la termine, j’apprends que le magasin que je dirigeais ouvre son nouveau concept en janvier, avec épicerie bio et espace bien-être, et qu’ils recherchent un naturopathe ! Je postule, je suis embauchée et je me lance en parallèle dans mon activité libérale.

La vie est bien faite, ne trouvez-vous pas ?

La mise en place d'une nouvelle hygiène de vie au quotidien

Mon intérêt pour le bio et tout ce qui l’entoure s’est fait jour lorsque j’ai pris la direction d’un magasin de l’enseigne qui était réputé pour son épicerie bio. Au fur et à mesure que je cherchais des solutions pour mieux vivre mon poste de directrice, l’alimentation biologique m’est apparue comme un moyen, car si je mange mieux, mon corps ne s’en trouvera-t-il pas mieux également, et par conséquent, mon mental ?

Durant mes études de naturopathe, je décide de mettre en place ce que j’apprends pour trouver une hygiène de vie saine et naturelle au quotidien. Et je galère ! J’aime le sucre, les bonbons Haribo. J’aime la bière, les apéros, les gâteaux. Je n’aime pas me prendre la tête pour cuisiner et jusqu’à présent, j’achetais mes plats chez Picard ! Mettre en place les bases même de cette bonne hygiène de vie tels qu’elles me sont enseignées est laborieux. Je culpabilise de mes écarts, je me juge, beaucoup. Mais pourtant je persévère, je m’accroche, je m’entête, parce que je sais que je tiens une clé !

Après mes études, je continue à me former en naturopathie. Je récolte parfois, même souvent, des informations inverses à ce qui me semblait acquis au point de m’y perdre. 

Je complète ma formation de magnétiseuse humaniste, développe mes ressentis, mes perceptions. J’apprends à m’apprendre, à accepter qui je suis avec mes travers et mes qualités. J’apprends que c’est en suivant le courant, en écoutant et détectant les signes que la lumière se fait jour. Un pas après l’autre.

Alors, sans vraiment m’en rendre compte, je lâche petit à petit prise sur mes acquis, ce qui devrait être appliqué, selon les préceptes des différents courants naturopathiques divergeant. Je confie les rennes à mon intuition. Et tout en observant les réactions de mon corps au quotidien, j’avance tranquillement vers ma réalisation, en prenant soin de mon corps et de mon esprit, en respectant mes besoins ressentis, en écoutant mes envies mais pas que car qui dit envie ne dit pas forcément besoin.

Voilà que la vie devient plus légère, voilà que je me libère des émotions qui me pourrissent la vie. Exit la culpabilité, exit les qu’en dira-t-on. Je sors du carcan de la rigidité du faire, du respect de ce qui devrait être, je m’écoute, je vis.

Naissance du concept de "la naturopathie consciente"

Voilà, j’y suis ! Je réalise que ce que j’ai contacté ici est ce que je pourrais vous transmettre  de mieux. Vous présenter la meilleure version de moi-même pour vous permettre d’accéder à la meilleure version de vous-même. Vous accompagner en conscience sur le chemin de votre réalisation personnelle, dans la recherche et la mise en place d’une meilleure nourriture de votre corps, de votre âme, de votre esprit dans leur environnement.

Bien sûr, il en existe des techniques pour avancer sur le chemin de la réalisation personnelle. Je présente humblement ici une possibilité d’accompagnement.

Si vous sentez l’appel, l’élan du coeur et que cela semble vous correspondre, je vous accompagnerai avec plaisir sur votre propre chemin vers la lumière, par la mise en place d’une hygiène de vie qui vous correspond, intégrant toutes les dimensions de votre être, en conscience.

Naturopathie et jardinerie

Le 11 mars 2016, la jardinerie Botanic lance son tout nouveau concept “la jardinerie naturelle, source de bien-être”. Elle choisit pour cela le Botanic de Dijon Toison d’Or. J’ai le plaisir d’être la naturopathe recrutée par le magasin pour son espace bien-être.

Ce concept est suffisamment novateur pour que l’émission de télévision Télé Matin décide de consacrer un reportage sur le sujet, auquel j’ai eu le plaisir de participer.

Déontologie

Je m'engage à respecter la charte des Magnétiseurs Humanistes et à suivre 4 jours de supervision minimum tous les 2 ans

Je m'engage à respecter le code de déontologie et la charte des naturopathes certifiés FENA

@CaroleNezondet, construit avec WordPress